Atelier amateur initié lors de la création du bal d’Emma

Roselyne, Gisèle, Françoise, Daniel, Liliane, Julie, elles étaient six femmes au mois de mai 2012 à participer à l’atelier-couture inventé pour la création du Bal d’Emma. De ce spectacle qui s’appuyait sur la présence d’acteurs amateurs, nous nous étions posée la question au sein de notre équipe artistique du sens à donner à notre présence dans un lieu qui n’est ni un théâtre encore moins accueille de création théâtrale, mais aussi de la place à accorder aux amateurs d’une manière plus globale: jusqu’où nous pouvions ouvrir les portes de la création à des non professionnels et nous rendre poreux à la commune qui nous accueillait ? En somme trouver un terrain de création collective. Un lieu dédié à la couture – un atelier- allait s’ouvrir le temps de la création et il ne devait ni tourner à vide, ni rester insignifiant dans la commune où nous résidions. Nous avons donc fait connaître notre travail et lancé un appel à participation. La salle Marcel Pagnol, salle des fêtes de Fauconnières, lieu de création du spectacle a logé en son sein l’atelier-couture… et ce qui fait habituellement office de cuisine s’est métamorphosé en notre atelier: les grandes tables blanches sont devenus des tables de coupe, les éviers se sont équipés de glace pour le maquillage et la coiffure, les congélateurs ont laissé la place aux diverses machines
à coudre et le hangar adjacent s’est transformé en un atelier de peinture. Les matières ont commencé à affluer, tulles, cotons, paillettes, papiers ainsi que nos divers costumiers dont nos six amatrices. Ce fût d’abord le jeu d’un jour, où puisqu’il fallait pour le spectacle inventer des costumes pour jouer le conte de Cendrillon, chaque amatrice s’est mise à la table pour rechercher des matières, des volumes. Leur participation s’est construite sur la découverte du métier de costumier mais également sous la forme d’un échange où Benjamin Moreau – Costumier des Hommes Approximatifs- a donné en retour un stage sur la création costume. Au terme de ces petites expériences, celles qui le désiraient, étaient bien-entendu invitées à revenir, à rentrer dans le jeu du Bal d’Emma: les agendas se sont alors ouverts et les rendez-vous pris pour ceux qui étaient disponibles. Ainsi,ce lieu éphémère est aussi devenu pendant quelques semaines la propriété de certains habitants de la commune, de simples petits coups de main à de véritables présences quotidiennes.

Leave a Reply